La maison de qui ?

Posté par beijing le 25 janvier 2008

img2639.jpg

Un lieu plein de charme, accolé à une petite librairie, pas loin de Wanfujing.

Vous devinez ?

Publié dans LIRE | Pas de Commentaire »

The Place, tendance livres

Posté par beijing le 25 janvier 2008

The Place, pas seulement une galerie marchande géante avec son long écran suspendu ( le plus long du monde ) c’est aussi deux petits lieux pour le livre. Nichés dans le bâtiment nord ( Trends Tower ), le premier est classique : une librairie de livres en anglais. Au second étage ( nord-est ) un espace détonnant : Trends Lounge ! Autant libraire que lounge ou vice-versa.

Des revues en chinois, une belle sélection de livres en chinois et en anglais, de beaux objets et un bar au design trés tendance. Livres, calme et mode à volonté !
Ouvert tous les jours de 10 à 22 heures.

Trends Building

9 Guanghua Road

Chaoyang District

Publié dans LIRE | Pas de Commentaire »

Les enfants de Feng Zikai

Posté par beijing le 23 janvier 2008

Tout le monde connaît les crevettes de QI Baishi, les chevaux de Xu Beihong, on connaît moins les enfants de Feng Zikai (丰子恺).

Feng Zikai naît en 1898 dans la province du Zhejiang. Très vite, il a dix-sept ans, sous la houlette de deux de ses maîtres il choisit la voie des arts. Installé à Shanghai, au début des années vingt, où il enseigne le dessin et la musique, il commence à publié ses oeuvres.

Le terme manhua (漫画) sera pour la première fois utilisé dans un hebdomadaire de Shanghai pour désigner les dessins de Feng Zikai. Les manhua sont de l’aveu même de l’auteur des dessins d’humeur, des dessins sur le vif. Et bien souvent, le dessinateur n’a pas à aller très loin pour chercher ses modèles, ses propres enfants en sont de tout trouvés.

C’est toute la simplicité, la pureté de l’enfance que Feng Zikai saisit dans ses dessins. Prenons, par exemple, celui où un petit garçon a ouvert les tiroirs du bureau paternel de façon à obtenir une sorte d’escabeau pour accéder aux pommes inaccessibles. Un autre, où deux éventails de feuille se transforment en bicyclette. Enfin, celui où un jeune garçon oppose une fragile ombrelle à la gueule, peut-être pas si menaçante, d’un chien.

Feng Zikai dessinera autre chose que l’enfance, il s’intéressera aux faits de société, il illustrera des nouvelles, comme par exemple celles de Lu Xun : 药,孔乙己 … Cependant, il semble que seul l’enfant lui ait donné l’occasion de démontrer que quelques traits suffisent.

Il est très facile de se procurer les oeuvres de Feng Zikai, toutes les librairies de Pékin ont dans leurs rayonnages consacrés aux arts plastiques au moins un ouvrage du maître de l’enfance.

 

 

 

 

Publié dans LIRE | Pas de Commentaire »

 

High-TecK™ |
jean's blog |
Agrocarburants, un réel inv... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Salles la Source - le lien -
| découvrir la nouvelle
| des sujets et des opinions